Les SCOP : une bonne formule pour la reprise d'entreprise

Les Société Coopérative Ouvrière de Production (SCOP) ont le vent en poupe pour la reprise d’entreprise. En 10 ans, le nombre de SCOP a augmenté de 46% en France et 10% d’entre elles sont créées dans le cadre d’une transmission d’entreprise. 

La SCOP comme outil de reprise d'entreprise : un investissement payant à long terme ...

Pour les entrepreneurs qui souhaitent transmettre leur entreprise via une SCOP, ce mécanisme de reprise interne a tout pour séduire :

  • les salariés maîtrisent leur avenir ;
  • l’emploi est pérennisé ;
  • les compétences sont maintenues ;
  • l’entreprise continue et se développe.

Pour le cédant, cette  décision stratégique doit être mûrement réfléchie car elle doit s’accompagner d’une préparation  progressive des salariés.

Cet investissement est cependant payant à long terme car avec  l’implication des co-entrepreneurs salariés d’une coopérative, le taux de pérennité à 3 ans des  SCOP est égal à 76 % contre 65 % pour l’ensemble des entreprises françaises (source Insee).

Qui passe par une conduite du changement pour les salariés ...

 Pour les salariés, le changement est important. Peu de collaborateurs imaginent prendre des  responsabilités, encore moins d’endosser le rôle d’actionnaire et de dirigeant.
Dans leurs activités  quotidiennes, les salariés doivent acquérir une manière d’agir et un regard qui doit être de plus en plus celui du chef d’entreprise.
Cela implique à la fois d’avoir du recul sur l’activité et de se projeter dans une démarche de croissance ; de contribuer quotidiennement à la bonne marche de l’entreprise tout en étant force de proposition.
Pour tous, il s’agit d’opérer une véritable conduite  du changement, mue par le ressort de la reprise interne et du désir de contribuer au  développement de l’entreprise.

Et une préparation en amont ...

Si le sens de la responsabilité est encouragé sur l’ensemble des postes de travail de l’entreprise, il faut également que la gouvernance de l’entreprise soit modifiée progressivement afin d’y associer les salariés.
Au moment de la transmission, cette préparation préalable facilite l’adhésion des salariés au projet de SCOP et les incite à investir, ce qui peut d’ailleurs être  anticipé par une épargne d’entreprise.
Les SCOP d’amorçage, prévues au décret du 31  décembre 2014 facilitent l’adoption du nouveau statut de l’entreprise.

Pour en savoir plus

Les SCOP d'amorçage :

La loi Economie sociale et solidaire (ESS) du 31 juillet 2014 a créé la Société coopérative et participative (SCOP) d’amorçage qui permet aux salariés de renforcer progressivement leur part au capital social.
Les salariés peuvent ainsi reprendre une entreprise et détenir la majorité des voix à la constitution de la société tout en étant minoritaires au capital. Ils ont sept ans pour détenir une majorité du capital.

Voir aussi

Mis à jour le 12/03/2015
Notre offre de services
Témoignages
Témoignages n'est pas approuvé.