Comment engager la transition énergétique de votre entreprise ?

Fiche pratique
Transition énergétique des entreprises : contexte, enjeux, solutions

Dans le contexte global de réchauffement climatique, d’intensification des tensions géopolitiques et de hausse des prix de l’énergie, la question de la gestion de l’énergie s’impose de plus en plus comme un levier d’action important pour les entreprises. Il s’agit à la fois de s’engager dans une réduction de ses émissions de GES mais aussi de préserver la compétitivité de son entreprise.

Les leviers de la transition énergétique pour les entreprises 

Pour les entreprises, la transition énergétique peut se faire en agissant sur 3 leviers complémentaires :

  • l'amélioration de l’efficacité énergétique, qui consiste à investir dans des équipements nécessitant moins d’énergie pour remplir des fonctions équivalentes ;
  • la sobriété énergétique, qui consiste à mettre en place  une stratégie globale de réduction des consommations, qui peut passer par un changement plus radical des modes de production ou de distribution ;
  • la substitution des énergies fossiles consommées par d’autres formes d’énergies décarbonées.

Le contexte réglementaire de la transition énergétique des entreprises

Au niveau de la réglementation, plusieurs dispositions visent à encourager la transition énergétique des entreprises :

La loi n°2013-619 du 16 juillet 2013 instituant l’obligation pour les entreprises de plus de 250 salariés de disposer soit d’un audit énergétique réglementaire de moins de 4 ans, soit d’une certification ISO 50 001 sur au moins 80% des factures énergétiques. La réalisation d’un audit énergétique est un bon moyen de mesurer la performance énergétique d’une entreprise et d’identifier les marges de progression par poste de dépenses.
Le décret n°2019-771 du 23 juillet 2019, dit "décret éco-énergie tertiaire", qui impose pour les surfaces tertiaires de plus de 1000 m2 une obligation de réduction des consommations énergétiques. 

Au-delà des obligations réglementaires qui peuvent concerner certaines catégories d’entreprises, tous les acteurs économiques ont intérêt à étudier les leviers pour réduire leurs consommations énergétiques autour des trois axes de l’efficacité, de la sobriété ou du changement de type d’énergie.

Les postes de consommation énergétique sur lesquels agir

Dans un premier temps, il est conseillé aux entreprises d’agir sur l’efficacité énergétique  en se concentrant  sur les postes de dépenses énergétiques les plus consommateurs, qui touchent le moins possible aux outils de travail, et sur lesquels les modifications s’avèrent le plus facile.

Un audit énergétique, réalisé par un cabinet indépendant, est un bon outil pour réaliser un état des lieux du bâtiment, des installations et des équipements, une évaluation des consommations par post et identifier les actions les plus pertinentes à mettre en place.

Les principaux domaines où les entreprises peuvent s'engager pour améliorer l'efficacité énergétique sont les suivants :

  • la rénovation thermique des bâtiments avec une meilleure isolation des murs et de la toiture, afin de réduire les déperditions, et ainsi réduire la  demande  en chauffage ;
  • le changement du système de chauffage ou de production de froid ;
  • le changement de l’éclairage pour un système à base de LED avec détecteur de présence ;
  • la mise en place de dispositifs de régulation sur les équipements les plus énergivores : chauffage, traitement d’air, compresseurs ;
  • la renégociation des contrats d’énergie et de maintenance afin d'améliorer le suivi et d’augmenter la durée de vie des équipements ;
  • l’adoption d’éco-gestes et de bonnes pratiques au bureau pour limiter les gaspillages énergétiques (mise en veille des équipements).

Un changement de production d’énergie peut également être envisagé avec la mise en place d’une production d’électricité photovoltaïque en toiture ou sur ombrière. 

Engager ces changements peut impliquer des investissements plus ou moins importants. Il est important de calculer la rentabilité des ces investissements (retour sur investissement ou ROI) en intégrant les économies d’énergies réalisées et les aides financières mobilisables. Sur certains investissements, les ROI peuvent être de moins de 5 ans.

Au-delà des bénéfices économiques, ces investissements  sont susceptibles d’améliorer le confort des salariés, notamment pour ce qui touche à l’éclairage et à l’isolation thermique et peuvent contribuer à une valorisation du patrimoine immobilier lorsque les travaux concernent essentiellement le bâtiment et le patrimoine immobilier.

Les aides disponibles pour la transition énergétique des entreprises

Plusieurs aides ont été mises en place afin d’accompagner les entreprises dans leur transition énergétique :

  • Les prêts vert de Bpifrance financent les dépenses immatérielles, les matériels à faible valeur de gage et le besoin en fonds de roulement généré par la mise en œuvre d’un plan d’actions en faveur de la transition énergétique
  • Les certificats d’économie d’énergie (CEE) : il s’agit d’une aide privée encadrée  des fournisseurs d’énergie, obligés par l’Etat à inciter leurs clients à faire des travaux d’amélioration énergétique. Cette aide consiste en un ensemble de fiches standardisées sur les travaux possibles à réaliser, classées par secteur d’activités et par thématique.
  • Les accompagnements proposés par la CCI Paris Ile-de-France et cofinancés par l’ADEME peuvent être mobilisés pour réaliser des audits énergétiques instrumentés, des études de faisabilité pour récupérer la chaleur fatale ou mettre en place une production d’énergie renouvelable .
Diagnostic transition énergétique

La transition énergétique permet aux entreprises de mettre en place des actions visant à réduire leur consommation et donc leur facture énergétique et identifier de nouvelles sources d'énergie décarbonées.

Les Certificats d'Économie d'Énergie

Les Certificats d'Economie d'Energie (CEE) sont une aide privée encadrée par l’Etat pour encourager et financer des travaux de rénovation énergétique auprès des particuliers et des entreprises. 

Décret éco-énergie tertiaire

Le décret dit "décret tertiaire" précise les modalités d’application de la loi ÉLAN imposant de réduire les consommations énergétiques des bâtiments du tertiaires dont la surface est supérieure ou égale à 1000 m2.