Pénurie de matières premières : les entreprises font face à des difficultés d’approvisionnement

Actualité
Pénurie de matières premières : les entreprises font face à des difficultés d’approvisionnement

Conséquence économique de la crise sanitaire mondiale, l’industrie française fait face à des difficultés d’approvisionnement et à une pénurie de certaines matières premières.

Pourquoi existe-t-il des difficultés d’approvisionnement ?

Une offre inférieure à la demande

A la fin de l’année 2020, la reprise de l’activité économique a engendré une forte demande pour les industriels dont les carnets de commandes se sont retrouvés pleins. Cette hausse de la demande combinée au ralentissement de la production et aux difficultés logistiques impactent aujourd’hui lourdement l’approvisionnement de nos industries.

A ce jour, la demande de produits manufacturés et de matières premières est supérieure à l’offre du fait, de l’arrêt généralisé de la production mondiale au cours des confinements en 2020 et 2021.

Des difficultés logistiques

Le fret maritime couvre la plus grande partie des échanges mondiaux de marchandises. La forte demande engendrée par la reprise économique a eu un impact sur le prix des conteneurs qui ont augmenté et sur la logistique dans les grands ports internationaux qui sont engorgés. 

Ainsi, 

  • les prix de certaines matières premières ont augmenté ;
  • les délais d’approvisionnement s’allongent.

Une concentration géographique de la production

Afin de faciliter la production de certains composants, les sites de production se sont concentrés à certains endroits dans le monde. Les difficultés logistiques et de production sur ces sites stratégiques impactent donc le reste de la chaîne.

Quels sont les produits touchés par les difficultés d’approvisionnement ?

  • Les puces électroniques ; 
  • Les semi-conducteurs ;
  • Le papier ;
  • Le bois ;
  • Les matériaux de construction ;
  • L’aluminium ;
  • Le blé.

Quelles sont les conséquences des difficultés d’approvisionnement pour les entreprises ?

Les biens de consommation étant fabriqués à partir de ces matières premières, l’augmentation de leur prix a un impact direct sur les marges des entreprises.

Elles doivent faire face, en amont de leur production, à la hausse des prix et des délais d’approvisionnement et, en cours de production, à la fermeture des usines, faute de matières premières à transformer, malgré des carnets de commandes pleins.

Selon les économistes, le retour à la normale ne se ferait pas avant 2023.

Quelles sont les mesures et aides pour lutter contre ces difficultés d’approvisionnement ?

Pour lutter contre les difficultés d'approvionnement, les entreprises peuvent :

  • stocker en mobilisant sa trésorerie pour faire du stock et ainsi anticiper les tensions ;
  • rehausser les prix et informer sa clientèle de l’impact Délais/Prix ;
  • travailler entre industriels et profiter du reliquat de matériaux ;
  • éco-concevoir pour être moins dépendant des matières premières.

Alors que l’industrie française fait face à ces difficultés d’approvisionnement, le gouvernement a annoncé un plan d’accompagnement avec différentes mesures.

  • le prêt pour l'industrie : 
    • dédié aux entreprises industrielles afin de les accompagner dans le financement de leurs besoins en fonds de roulement et de renforcer leur structure financière ;
    • le montant du prêt peut varier de 50 000 à 5 000 000 € ;
    • la durée du prêt peut aller jusqu’à 10 ans, avec deux ans de différé d’amortissement ;
  • la prolongation de du Prêt Garanti par l’Etat (PGE) jusqu’au 30 juin 2022 : 
  • le prolongement du dispositif des avances remboursables jusqu’au 30 juin 2022 : pour les entreprises industrielles les plus impactées par les tensions d’approvisionnement, les avances remboursables pourront être désormais cumulées avec un PGE ou un prêt à taux bonifié au-delà de la limite de 25% du chiffre d’affaires en 2019 ou de deux fois la masse salariale de l’entreprise ;
  • la possibilité de recourir à l’activité partielle de longue durée jusqu’au 30 juin 2022 ;
  • le médiateur des entreprises poursuivra sa mobilisation d’accompagnement des entreprises et des filières impactées, et renforcera son action par la mise en place d’un dispositif dédié de crise.