Les jeunes et l'entreprise

Un management à inventer pour la génération Y

Groupe de jeunes

Les jeunes nés entre 1978 et 1994 appartiennent à ce qu’on appelle la Génération Y. Ce sont les enfants des baby-boomers, on les appelle aussi  les "enfants du millénaire". Quelles sont leurs attentes à l'égard de l'entreprise, comment les manager ?

Qui sont-ils ?

Les jeunes nés entre 1978 et 1994 appartiennent à ce qu’on appelle la Génération Y. Ce sont les enfants des baby-boomers ou les « Enfants du millénaire » en opposition à la « Génération X » (née approximativement entre 1965 et 1977). Aux Etats Unis on parle même de « Digital Natives » pour mettre en avant une des caractéristiques de ces jeunes : ils sont nés avec un ordinateur et internet.

Pourquoi s’attarder sur la  génération Y ?

Parce qu’ils ont des codes différents de leurs aînés, des aspirations et attentes vis-à-vis de l’entreprise qui n’appartiennent qu’à eux et qu’il faut connaitre pour mieux les comprendre, les attirer, les intégrer, les manager.

Les caractéristiques de la génération Y selon les DRH 

Impatience, individualisme interactivité et interconnexion

Pour cette génération, le travail ne constitue qu’un pan de l’existence, et non plus l’essentiel. Cela s’explique en partie par les incertitudes du marché du travail et par le fait qu’ils ont pu voir leurs propres parents déçus par leur entreprise. 

Ils estiment avoir des attentes, des droits et non plus seulement des devoirs, vis-à-vis de l’entreprise pour laquelle ils travaillent.

Des attentes nouvelles

Ces attentes sont parfois perçues par les dirigeants comme des exigences nouvelles car non revendiquées par les générations qui les ont précédées.
Les jeunes nés avec le tout numérique se montrent exigeants, attendent toujours plus : plus d’outils informatiques, plus de moyens, de projets, de responsabilités, de récompenses, une promotion plus rapide.
Ils souhaitent que les entreprises fassent des efforts pour s’adapter à leurs horaires, adoptent un mode de communication moins hiérarchisé, favorise une organisation du travail différente comme le télétravail par exemple, dans un cadre de vie rénové, plus « fun », plus convivial.

L’entreprise doit être pour eux un lieu accueillant, épanouissant et leur permettant de concilier vie professionnelle et personnelle, sans pour autant négliger la qualité de leur travail. Bien au contraire, toutes ces attentes expriment en réalité une volonté de s’investir au sein de « la communauté travail ».

La jeunesse actuelle est autant soucieuse que ses prédécesseurs de s’insérer rofessionnellement et socialement, même temporairement (cumul de CDD) ou dans de mauvaises conditions.

Une approche nouvelle du travail et du management

Finalement, cette génération dite « Y » désire gagner sa vie d’une manière assez classique mais avec une approche du travail et de leur mission différente : ils ont systématiquement besoin d’être convaincus de quelque chose pour l’exécuter. Ils ont tendance à questionner, voire revendiquer auprès de leur hiérarchie le bien fondé de chaque décision.

C’est une mutation dans la perception de la hiérarchie : les managers sont reconnus pour leur leadership, leurs compétences et non plus simplement pour leur position hiérarchique.

Un management à adapter

Pour les managers, cette nouvelle approche du travail et du monde de l’entreprise demande une adaptation, des méthodes de management rénovées sous peine de manque d’attractivité de l’entreprise lors du recrutement, de démotivation, chute de la productivité, turn-over important…

Les entreprises peuvent faire de ce qui peut paraitre à la base un handicap, une force à condition de bien exploiter les atouts de cette génération: réactivité, productivité, goût du challenge et du changement.

Certaines entreprises ont bien compris l’intérêt qu’ils pouvaient en retirer et ont mis en place des parcours d’intégration spécifiques. Le jeune au sein de l’entreprise est une opportunité de développer le sens de l’innovation, des modes de fonctionnement différents, vers davantage de performance. Les ainés, c'est-à-dire les trois générations précédentes appelées vétérans , baby boomers , générations X ont l’expérience et le recul nécessaire, les jeunes l’enthousiasme, le dynamisme et l’audace. 

La génération Y combine l’esprit d’équipe des baby boomers avec la connviction de réussite des vétérans et la maîtrise technologique de la génération X.

Source : Capital RH

Mis à jour le 17/02/2015
Nos prochains événements
Notre prestation
des hommes entre deux mains
Pass recrutement

Vous souhaitez gagner du temps et  trouver votre nouveau collaborateur ? Confiez-nous votre recrutement !

Conseil audio