Créer et développer son entreprise, quel financement ?

Que ce soit lors de sa création ou au cours de son développement, le plus grand défi d'une entreprise est de réussir à se financer. Il en va de la survie du projet tout entier. La recherche de financement est un vrai enjeu pour les entrepreneurs. Où trouver les investisseurs et comment les convaincre de financer un projet via un apport ou un prêt ?

Création d'entreprise : financer le besoin en fonds de roulement

La création d'une entreprise est un projet souvent personnel et ambitieux, pour lequel il est difficile de trouver les premiers investisseurs.

Les apports financiers du créateur de l'entreprise forment généralement les premiers investissements, suivis de ce qu'on appelle la « love money » : les investissements des proches du porteur de projet. Par prêt personnel ou par apport au capital, les proches peuvent contribuer au financement par soutien plutôt que suite à l'analyse du dossier.

D'autres investisseurs, business angels, banques ou fonds d'investissement, peuvent ensuite se pencher sur le dossier. Ils se prononceront sur leur apport au capital, ou leur validation d'un prêt, en fonction du business plan, des investissements déjà réalisés, et des perspectives de croissance de la société. La décision dépend du risque que représente le projet.

Certains réseaux accordent des prêts d'honneur : il s'agit d'un prêt personnel à taux zéro, accordé à un entrepreneur en fonction de son projet. Le montant en euros est rarement élevé, mais il peut rassurer une banque qui envisagerait d'accorder un prêt.

D'autres dispositifs existent, comme l'ACCRE qui propose un accompagnement financier aux demandeurs d'emploi qui se lancent dans la création d'entreprise.

Le crowdfunding est une solution pour les entreprises qui touchent un large public, et qui peuvent mobiliser leur réseau de soutiens via le web.

Développement de l'entreprise : financer l'activité et la croissance

Pour financer de nouveaux appareils, des locaux ou d'autres besoins matériels, l'entrepreneur peut recourir à nouveau à l'emprunt bancaire. La banque sera d'autant plus enclin à accepter le prêt si la santé financière de l'entreprise est stable depuis plusieurs années.

Dans certains cas, la banque peut contacter BPI France (la Banque Publique d'Investissement) afin de réaliser un prêt complémentaire, ou de fournir une contre-garantie.

Plus intéressantes pour l'entrepreneur, les aides publiques proposent des financements qui n'exigent pas d'être remboursés. Il existe de nombreuses subventions, à identifier selon le domaine d'activité et la localisation de l'entreprise, ainsi que des crédits d'impôt et des exonérations fiscales qui permettent d'alléger bon nombre de dépenses.

La CCI d'Île-de-France propose un prêt d'honneur « Croissance Initiative CCI », spécialement dédié au financement du développement des entreprises.

Au niveau européen, le programme Instrument PME sert aussi à financer les PME dans leur phase de développement, par le biais de partenariats transnationaux qui favorisent la croissance.

Enfin, les business angels et les fonds d'investissement, qui étaient difficiles à convaincre lors de la création du projet, sont plus susceptibles de rejoindre le capital une fois la société lancée et sa viabilité établie. Un business plan solide reste un outil indispensable pour convaincre ces investisseurs de franchir le pas.

Les fonds d'investissement fournissent un capital-investissement dont la valeur peut être significative pour l'entreprise. L'AFIC (Association Française des Investisseurs pour la Croissance) fournit une base de données des fonds d'investissement.

En savoir plus sur l'ACCRE
Croissance Initiative Emploi