Portrait | Clément Tonelli & Rachida Saidi, fondateurs de Force Majeure

Force Majeure est une boisson thérapeutique detox. La CCI nous a permis de cadrer notre démarche et nous a apporté les outils nécessaires pour construire notre projet. Ont suivi le programme Start Entrepreneur

Pourquoi se lancer dans ce projet de "Force Majeure" ? 

Clément Tonelli : Nous nous sommes lancés dans ce projet car nous avons lu une étude sur une boisson non pas détox, mais dépolluante. C'est-à-dire qui aide le corps à se débarrasser de certaines molécules toxiques que l'on inhale ou ingère et qui permet à nos cellules de se défendre. Nous avons donc voulu nous procurer cette boisson "miracle" mais avons découvert qu'elle n'existait pas ! Pourtant, la littérature scientifique abonde d'expériences concluantes concernant cette molécule dépolluante, mais il n'y a rien dans le commerce qui en contienne. C'est pourquoi nous avons décidé de nous lancer dans ce projet, même si ce n'est absolument pas notre domaine d'expertise. Nous nous sommes donc rapprochés d'un scientifique en pointe sur le sujet, afin de pouvoir garantir le taux de cette molécule dans notre boisson.

Rachida Saidi : Après avoir pris connaissance de l'existence de ce composé, capable de détoxification et de protection, nous avons eu envie d'offrir au plus grand nombre un moyen simple et naturel pour réduire les risques pour la santé à long terme associés à la pollution de l'air.  A défaut de pouvoir purifier l'air dans l'immédiat, buvons du Force Majeure !

Comment la CCI vous a-t-elle accompagné ? 

CT : La CCI nous a permis de cadrer notre démarche avec l'accompagnement Start Entrepreneur. Nous avons pu suivre notre chemin, que les différents intervenants de la CCI nous ont aidé à baliser. Nous ne savions pas par où commencer, entre étude de marché, business model, plan de financement et tous ces termes qui ne nous étaient pas familiers. Aujourd'hui, nous sommes bien plus confiants et serein dans nos démarches, car nous avons acquis des bases qui nous permettent de savoir où l'on va. Enfin, à peu près !

RS : La CCI nous a apporté des outils, des supports, des conseils toujours judicieux, des contacts précieux, un certain vocabulaire et tout cela dans la bienveillance. Les ateliers et rendez-vous réguliers nous ont imposé de ne pas nous disperser. La CCI nous a même permis de disposer de la salle de bal pour une séance photos ! 

Quels sont vos prochains objectifs ? 

CT : Nous sommes en pleine phase de recherche et développement. Nous travaillons avec AgroParisTech pour les analyses et tentons d'améliorer la concentration et la conservation de notre molécule "miracle" dans notre boisson. L'étape suivante est la recherche de financements. Pour l'instant, nous finançons ces recherches sur nos fonds propres et nous allons avoir très vite besoin de liquidités pour accélérer les choses et lancer notre site internet ainsi que l'immatriculation de notre société.

RS : L'objectif est que Force Majeure devienne un élément incontournable dans la routine de tous ceux qui souhaitent agir sur leur santé.

La crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur votre projet ? 

CT : Oui, énorme. Elle nous a motivé à nous lancer. Ce fut un élément déclencheur non négligeable. A priori, nous ne sommes pas les seuls, cela a décidé les gens à prendre leur destin en main. Donc un grand merci à elle pour l'ensemble de son œuvre.

RS : Plus sérieusement, ce sont les pics de pollution à répétition de l’été 2021 qui ont influé, la crise sanitaire et en particulier les confinements ont permis l'observation, l'écoute, la réflexion, la créativité, une prise de conscience. Est-ce qu’on se terre devant la télé en ignorant le problème, ou bien utilise-t-on ce moment comme une chance de transformation ? L’ennui a été une opportunité.

Mis à jour le 27/07/2022