Actualité juridique

LA TRIBUNE Interview de Pierre KUCHLY

Grand Paris : «le Val-d'Oise ne doit pas être l'oublié des futurs grands projets économiques» (Pierre Kuchly, CCI 95)

 Par César Armand  |  16/03/2021, 13:04 | 1685 mots Lecture 8 min

 

INTERVIEW. Près d'un an et demi après l'abandon d'EuropaCity, le président de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Val d'Oise Pierre Kuchly appelle à la création d'un « carrefour de l’alimentation du futur » sur le Triangle de Gonesse.

 

C'était le 7 novembre 2019 : le président de la République Emmanuel Macron annonçait l'abandon du projet EuropaCity au nom de la transition écologique. Malgré la nomination du haut-fonctionnaire Francis Rol-Tanguy chargé d'élaborer « un nouveau projet » et la mission confiée au préfet du Val-d'Oise Amaury de Saint-Quentin de remettre un rapport à Matignon, les arbitrages gouvernementaux se font attendre. Dans le même temps, l'avenir du Triangle de Gonesse divise les candidat(e)s aux élections régionales, poussant les acteurs économiques et politiques locaux à sortir du bois.

 

LA TRIBUNE - L'avenir du Triangle de Gonesse (Val-d'Oise) divise les candidat(e)s aux élections régionales, la présidente sortante Valérie Pécresse défendant une alternative à EuropaCity, les opposants poussant le projet Carma (Coopération pour une ambition agricole, rurale et métropolitaine d'avenir). Comment l'expliquez-vous ?

 

PIERRE KUCHLY, président de la CCI 95, vice-président de la CCI Paris Île-de-France, vice-président de la CPME chargé de l'union des territoires - Dès 2015, l'arbitrage a été fait entre les 280 hectares urbanisables et les 400 hectares agricoles, à l'issue d'un très long processus de concertation et de dialogue entre tous les acteurs, sous la férule impartiale de l'Etat. Cela a alors conduit à sanctuariser durablement l'activité et la terre agricole sur toute la partie nord du Triangle (400 hectares) dans le schéma de cohérence territoriale (SCoT) de l'agglomération de Roissy Pays de France. De même qu'à reconnaître et inscrire dans tous les documents d'urbanisme et d'aménagement (dont le schéma de la région Île-de-France) le caractère urbanisable de la partie méridionale. La question du partage n'est donc plus d'actualité.

Si des divisions sur le sujet persistent, c'est pourtant bien sur cette base déjà juridiquement actée qu'il faut construire un nouveau projet, en prenant en compte les engagements financiers de l'Etat, notamment en matière d'acquisition foncière de la zone urbanisable. C'est pourquoi après les annonces du 12 février 2021 sur l'abandon du projet de Terminal 4 de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle sous la forme initialement prévue, nous sommes plus que jamais mobilisés pour s'assurer que ce territoire, porte d'entrée du Grand Paris et de la France de par sa situation géographique et sa connexion aéroportuaire, ne soit pas l'oublié des futurs grands projets économiques comme il l'est depuis tant d'années. Dois-je rappeler que les derniers projets structurants sont la ville nouvelle de Cergy et l'aéroport CDG (tous les deux en 1960) et l'université de Cergy (en 1991) ?

 

Lire l'article

Actus COVID-19
TOUS LES RENDEZ-VOUS

Agenda de l'entreprise