L’Allemagne, un marché incontournable pour les e-commerçants français

Actualité

L’achat à distance est culturellement ancré dans le comportement allemand et a su parfaitement prendre le virage du numérique. Avec 45 millions d’e-consommateurs, l’Allemagne est le 2ème marché e-commerce européen. Quel est son potentiel ?


Fabienne Daguzé, conseiller Europe à la CCI Paris Ile-de-France & Frédéric Berner, directeur général adjoint de la Chambre de Commerce France Allemagne :

 

 Dans un pays comme l’Allemagne, où la culture e-commerce est fortement développée, quels sont les opportunités/avantages pour les e-commerçants français ?

 Avec plus de 82 millions d’habitants et un pouvoir d’achat intéressant, l’Allemagne représente un potentiel de consommation considérable à nos portes. C’est ce qui en fait une destination majeure pour les entreprises françaises. 2ème marché e-commerce en Europe, après le Royaume-Uni et avant la France, ce pays est historiquement très tourné vers la vente à distance. Il y a quelques années encore, les plus gros vépécistes* se trouvaient en Allemagne (Otto, Quelle, Neckermann...) et ils connaissaient un succès sans précédent. 

 Pouvez-vous nous dire quels sont les secteurs du e-commerce plébiscités par les allemands ? 

 Selon les chiffres de la Fédération du commerce allemand en ligne, l’habillement est le secteur le plus plébiscité : il représente plus de 10 milliards d’euros de ventes en ligne. On retrouve ensuite l’électronique et les télécoms avec 7 milliards et demi d’euros, les produits culturels (3,6 milliards d’euros), la chaussure (3,2 milliards d’euros) et enfin, de manière plus dispersée les marchés de la décoration d’intérieur, du bricolage, de l’alimentation... 

Au niveau des services, ce sont les transports et les voyages qui sont les plus demandés, représentant à eux deux près de 10 milliards d’euros de ventes !

 Dans ce contexte, quelles sont les habitudes des e-consommateurs allemands ?

Ils ont des attentes proches des nôtres, mais ils ont des pratiques bien particulières, liées en grande partie à leur histoire avec la vente par correspondance.

 En voici quelques-unes :

- L'ergonomie et la dynamique des sites : les sites marchands allemands sont simples, sobres, avec moins de couleurs ou d’images humoristiques. Sans dire que l’humour est à bannir, il faut aller à l’essentiel. Le manque d’informations précises sur un produit, un tunnel d’achat complexe ou des frais de livraison qui ne sont pas annoncés dès le départ, peuvent être des motifs de rupture importants.

 - Les moyens de paiement : 

  •  25% des paiements se font directement à la livraison, 
  • 30% se font par prélèvement bancaire,
  • 20%  par carte de crédit (arrivée plus tardivement en Allemagne),
  • Enfin, 25% des paiements se font directement en ligne (virement bancaire, Paypal...). 
 

 - Le taux de renvoi : afin de s’assurer de faire le bon choix, les e-consommateurs allemands vont acheter la marchandise en plusieurs exemplaires pour avoir le bon produit, à la bonne taille et à la bonne couleur, puis en renvoyer une partie. Ce qui explique un taux de renvoi de 14% en moyenne allant jusqu’à 50% dans des secteurs comme la chaussure ! Pour autant, un renvoi de marchandise allemand est un produit que l’on peut plus facilement remettre en rayon qu’ailleurs.

 - Les conditions générales de vente et la collecte d’informations personnelles : les allemands sont des clients pointilleux. Les conditions de vente doivent comme partout répondre à une conformité d’ensemble et à la législation européenne, mais certains e-commerçants allemands tiennent à maintenir pour leurs clients un certain niveau de confort pratiqué par le passé. Ils proposent des délais de retour plus long, des frais de renvoi à leur charge sous certaines conditions, etc. Très attachés au respect des données privées, une collecte d’informations personnelles intempestive et inutile à l’acte d’achat, peut également être un motif de rupture pour les allemands. 

 L’e-commerçant français doit impérativement anticiper ces pratiques, adapter son modèle français, regarder ce que propose ses concurrents allemands du même secteur pour ne pas se fermer une part importante de la clientèle.

 Expliquez-nous comment va se dérouler cette journée dédiée à l’e-commerce allemand ?

 C’est la première fois que nous réunissons autant d’experts autour de cette thématique! 

Les participants bénéficieront d’un panorama complet de l’e-commerce en Allemagne. Quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise, nous apporterons des solutions et des conseils pratiques pour chaque projet de développement sur :

  • l’externalisation de la relation client en langue allemande
  • la conformité et l’ergonomie des sites
  • l’optimisation logistique franco-allemande
  • les moyens marketing pour toucher au mieux l’e-consommateur allemand et les spécificités du référencement en Allemagne, en soulignant notamment la part importante des places de marchés.
 

 Publié dans le guide L'export en 10 étapes 2017 


Vous êtes e-commerçants ? Vous souhaitez développer vos ventes en ligne
en Allemagne ? La CCI Paris Ile-de-France vous donne toutes les clés pour faire
du e-business dans les règles de l’art, le 14 mars prochain.

 

*VPC : Vente par correspondance 

Pour plus d'informations
Mis à jour le 22/02/2017

Agenda international

Agenda de l'entreprise

Notre actualité internationale

  • Suivez nos actualités internationales sur Twitter
  • Suivez nos actualités internationales sur Linkedin

Abonnez-vous à lexportateur.com !