Portrait | Scarlett Bulté, fondatrice de Carlos-Carlos Paris

"Carlos-Carlos Paris est né du rêve d’une petite fille qui se voyait styliste et passait son temps à dessiner des robes. Après dix ans dans le domaine de la finance, j’ai ressenti le besoin de donner vie à mon projet. La CCI m'a accompagnée (...)" - A suivi le programme Start Entrepreneurs & membre du Club Mode Design

Pourquoi se lancer dans ce projet Carlos-Carlos Paris ? 

Cela peut sembler un peu « cliché », je le reconnais volontiers, mais c’est véritablement par passion pour la création que j'ai entrepris cette aventure. Nous avons l’immense chance d’avoir des savoirs-faire sur notre territoire français, que je souhaite promouvoir et faire vivre à travers mes robes. 

 

Après dix années d’exercice dans le domaine de la finance, j’ai ressenti le besoin de me donner ma chance dans un projet de longue date.

On peut le dire : Carlos-Carlos Paris est né du rêve d’une petite fille qui se voyait styliste et passait son temps à dessiner des robes et de la sagesse d’une enfant devenue grande ! 

Comment la CCI vous a-t-elle accompagné ?

La CCI a été présente à partir du moment où j’ai émis mon souhait d’entreprendre cette aventure. À la fois grâce aux conseillers disponibles pour échanger sur l’entrepreneuriat au sens large et à la fois grâce aux outils mis à disposition sur la plateforme internet. Dans un second temps, grâce aux programmes et formations ouverts aux jeunes entrepreneurs, de 7 à 77 ans ! 

 

J’ai eu l’occasion de rejoindre le programme Start Entrepreneurs très tôt dans l’élaboration de mon projet, et cela a été un accompagnement précieux pour m’aider à structurer mes idées, et élargir mes horizons à travers les échanges avec d’autres porteurs de projets sur des univers variés. Depuis janvier, je fais également partie du Club Boost Mode & Design de la CCI. 

 

Je valorise beaucoup la richesse que ces programmes m’apportent. Dans mon quotidien de (jeune) entrepreneuse, bien sûr, mais aussi pour les rencontres que j’ai l’occasion de faire à travers eux.

Quels sont vos prochains objectifs ? 

Ils sont nombreux ! Premièrement, continuer à aller à la rencontre de ma clientèle, à travers l’organisation de « pop up » pour permettre aux personnes de venir découvrir et essayer mes robes, mais aussi surtout, d’échanger avec eux autour de mes engagements, des valeurs que je souhaite faire vivre à travers mes créations. Et bien sûr, grandir en tant que marque et en tant qu’entrepreneuse, forte de ces échanges. 

 

Dans un second temps, développer ma collection, avec le lancement de deux nouveaux modèles prévus pour la rentrée est mon autre objectif à court terme. Ma participation au salon du Made in France en novembre est également une perspective extrêmement enthousiasmante, et que je souhaite préparer au mieux pour être à la hauteur de cette très belle opportunité ! 

La crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur votre projet ? 

J’ai créé mon entreprise en novembre 2021, soit après le pic de la crise sanitaire. Mais les événements liés à cette tragédie ont eu un impact évident sur ma décision de me donner ma chance et de me lancer dans cette aventure. J’étais à un moment de ma vie où il m’est apparu évident que le plus « gros » risque que je pouvais prendre était celui de ne pas croire en moi.

Mis à jour le 30/06/2022