Petite entreprise, nous avons dû focaliser nos efforts à l’export
Témoignage

Ingénieur de formation, Dominique Descolas a créé Digimobee en 2013 avec une ambition forte : favoriser et simplifier l’accès à des mobilités plus respectueuses de l’environnement. Présente en France et en Belgique, Digimobee vise désormais de nouveaux marchés européens.

Comment vous êtes-vous ouvert à l’export ?

Le déploiement de nos services s’est fait très progressivement. Nous avons démarré à Nice dès la création de Digimobee, et nous avons eu immédiatement la confiance du réseau de transport. Ensuite, le bouche-à-oreille nous a permis de nous déployer à Toulouse puis en Belgique, et bientôt en Nouvelle Aquitaine... Nos clients ont été nos meilleurs ambassadeurs !
Chez Digimobee nous développons et nous opérons des services de billettique mobile innovants pour la mobilité. Nous faisons en sorte que votre mobile s’adapte aux systèmes propres à chaque ville/région et vous permette ainsi de voyager facilement avec les différents types de mobilités (transports publics ou mobilité douce comme les vélos ou les trottinettes en libre-service).

Nous souhaitons offrir à nos clients une alternative pertinente à la voiture, à l’autosolisme et favoriser les mobilités plus respectueuses. Aujourd’hui, nous continuons à nous développer en France mais depuis 2-3 ans et grâce à notre expérience en Wallonie, nous sommes plus à même d’identifier les marchés intéressants pour nous à l’international !

 

Quels moyens avez-vous mis en place ?

En tant que petite structure, nous ne sommes pas encore en capacité de prospecter largement sur tous les territoires. Par ailleurs, nos solutions sont assez innovantes et nécessitent un accompagnement dans la définition du service. Nous sommes sur des cycles d’avant-vente assez longs (3 ans environ par exemple pour la Belgique ou la Nouvelle-Aquitaine), avant que cela ne se concrétise par une commande ou une compétition en marché public ! 

Il nous faut donc toujours trouver le territoire le plus mature, le plus pertinent par rapport à notre offre pour concentrer nos efforts. Bien connaître le territoire, identifier les clients, connaître les acteurs locaux de cet écosystème y compris la concurrence potentielle, se structurer sur le plan juridique pour pouvoir répondre aux appels d’offres, … Nous avons travaillé avec la CCI et la Team France Export, qui ont été d’une aide précieuse dans toutes ces démarches depuis plus d’un an.

Aujourd’hui, êtes-vous une petite entreprise qui voit grand ? Quelles sont vos perspectives à l’international ?

Nous avions identifié une ouverture en Belgique historiquement ; mais c’est un peu plus facile comme export, ne serait-ce que sur le plan linguistique. Aujourd’hui, nous préparons d’autres pays européens, notamment l’Italie avec le soutien de la Team France Export. Les équipes nous ont présenté une analyse de marché, organisé des rendez-vous avec des principaux acteurs, en tant que clients ou partenaires, et nous ont même permis de participer à un appel d’offres. Je me suis moi-même rendu à une conférence en Italie récemment.
Mais nous commençons à investir à l'international – et je souligne que c’est un investissement significatif pour une structure comme la nôtre, donc nous y allons avec un minimum de discernement. 
J’espère que tout cela se concrétisera dans les mois à venir !

 

Digimobee en quelques chiffres

Faites de l'international 2022 : le rendez-vous annuel de l'export

Prioriser vos marchés cibles à l'international

Vous vous lancez à l'export mais ne savez pas quels marchés explorer en priorité ? Nous vous aidons à les sélectionner en comparant plusieurs marchés  via des critères personnalisés, validés en fonction de votre projet et de votre stratégie.