Le rétablissement professionnel

Fiche pratique
INFOREG

Le rétablissement professionnel est une procédure qui concerne les entrepreneurs individuels. Elle vise à offrir au débiteur le bénéfice d’un effacement de dettes sans avoir recours à la liquidation judiciaire.

Les conditions d'ouverture de la procédure de rétablissement professionnel

A quelles entreprises s'adresse la procédure de rétablissement professionnel ?

La procédure de rétablissement professionnel s'adresse à toute personne physique, exerçant une activité commerciale, artisanale, agricole ou une activité professionnelle indépendante, y compris libérale.

 

A l’exclusion des entrepreneurs à responsabilité limitée (EIRL) qui ne sont pas éligibles à cette procédure.

Quels sont les critères à remplir pour pouvoir bénéficier de cette procédure de rétablissement professionnel ?

La procédure de rétablissement professionnel s’adresse aux débiteurs :
 

  • En état de cessation des paiements ;
  • Pour qui le redressement est manifestement impossible ;
  • N’ayant pas fait l’objet d’une procédure de liquidation judiciaire ;
  • N’ayant pas de procès prud’homal en cours ;
  • N’ayant pas fait l’objet de liquidation judiciaire clôturée pour insuffisance d’actifs dans les 5 ans précédant la demande ;
  • N’ayant pas employé de salarié sur les 6 derniers mois ;
  • Détenant un actif d’une valeur inférieure à 15.000 € ;
  • N’ayant pas cessé son activité depuis plus d’un an.

Les personnes morales (sociétés) sont exclues de ce dispositif.

Comment faire la demande d'ouverture d'une procédure de rétablissement professionnel ?

Seul le débiteur est habilité à demander à bénéficier du rétablissement professionnel.
 
La demande d’ouverture de la procédure de rétablissement professionnel est à effectuer auprès du Tribunal compétent (tribunal de commerce pour un commerçant ou un artisan) du lieu du siège de l’entreprise.

Les étapes clefs de la procédure de rétablissement professionnel

L'ouverture de la procédure de rétablissement professionnel

Le tribunal saisi par l’entrepreneur statue sur l’opportunité de faire bénéficier l’entreprise individuelle de cette mesure avant l’ouverture d’une procédure collective si les critères sont remplis.


La loi Pacte prévoit qu’à compter du 24 mai 2019, le tribunal saisi doit systématiquement proposer la procédure de rétablissement professionnel à toutes les entreprises éligibles même s’il est saisi d’une demande de résolution de plan de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire.

La notification de la décision d’ouverture

La décision du Tribunal est notifiée au débiteur par lettre recommandée.

Le rôle du mandataire judiciaire

Si le tribunal décide de l’ouverture de cette procédure, un juge et un mandataire judiciaire sont désignés pour effectuer une enquête sur la situation patrimoniale du débiteur et évaluer le montant de son passif et la valeur de ses actifs.

 

Le mandataire judiciaire informe les créanciers de l’ouverture de la procédure et les invite à communiquer sous 2 mois le montant de leur créance (par simple lettre et sans le formalisme d’une déclaration de créance).

Le déroulement de la procédure

La procédure a une durée de 4 mois, sans prolongation possible.

 

Lorsque le rétablissement professionnel est possible, le tribunal en prononce la clôture.

 

A défaut, si le débiteur ne remplit pas les conditions requises, le tribunal rejette sa demande et prononce l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire.

 

De même, s’il est établi que le débiteur a sollicité le rétablissement professionnel de mauvaise foi, le tribunal peut prononcer la liquidation judiciaire.

 

En cas d’acceptation de la procédure de rétablissement professionnel et de jugement de clôture entraînant l’effacement des dettes, le président du tribunal peut décider que le Trésor public fasse l’avance des droits, taxes ou émoluments ainsi que des frais de notification et de publicité.

Quels sont les effets consécutifs au rétablissement professionnel ?

Le sort du débiteur

Contrairement à une procédure de liquidation judiciaire, le débiteur n’est pas dessaisi de son pouvoir de gestion et continue de disposer de ses biens.

 

Il ne subit pas d’arrêt de son activité pendant la procédure.

 

Il n’y a pas de suspension des poursuites, cependant le juge peut ordonner la suspension des procédures d’exécution engagées par les créanciers.


Le juge peut également accorder au débiteur des délais de paiement pour une durée maximum de 4 mois.

Les effets de la clôture sur les dettes

La clôture de la procédure de rétablissement professionnel a pour conséquence l’effacement des dettes à l’égard des créanciers.

 

Cet effacement ne concerne que les dettes antérieures au jugement qui ont été portées à la connaissance du juge.

 

Toutes les dettes ne sont pas effacées. Restent dues : 

 

  • les dettes de pensions alimentaires, 
  • les dettes salariales, 
  • les dettes résultant d’une infraction pénale dont le débiteur est l’auteur, 
  • celles liées aux biens acquis au titre d’une succession ouverte pendant la procédure, ou portant sur des droits attachés à la personne du créancier 
  • ou encore les recours des cautions ou coobligés qui ont payé la dette du débiteur.
Conseil juridique

Bénéficiez de conseils juridiques délivrés par une équipe de juristes pluridisciplinaires, experts des problématiques de l'entrepreneuriat et du développement des TPE-PME.

Espace entreprises en difficulté

La prévention s'impose aujourd'hui comme un acte de gestion nécessaire et quotidien. Votre CCI vous informe, vous conseille, vous accompagne et vous oriente selon la nature et le degré de vos difficultés à travers un dispositif complet.

Entreprises en difficulté

Votre entreprise rencontre des difficultés juridiques, économiques ou financières et vous vous demandez que faire ?

Le redressement judiciaire

La procédure de redressement judiciaire permet la poursuite de l'activité de l'entreprise, le maintien de l'emploi et l'apurement du passif. Elle donne lieu à un plan arrêté par jugement à l'issue d'une période d'observation.

La procédure de sauvegarde

Une entreprise qui rencontre des difficultés économiques peut faire la demande d'ouverture d'une procédure de sauvegarde. Cette procédure permet de maintenir les emplois, d'assurer l'apurement du passif et la réorganisation de l'entreprise.

Liquidation judiciaire
La procédure de liquidation judiciaire

Retrouvez les étapes de la procédure de liquidation judiciaire. La liquidation judiciaire emporte immédiatement la dissolution de l’entreprise.